Collectif Métissé

JUILLET 2016

© Culture Mag Atlantique 
Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

« Il s'agit d'un album festif, a tendance soleil, dont le but est de donner le sourire aux gens ainsi que de la bonne humeur ».

 

Ils incarnent la fête, l’été, le soleil et la bonne humeur. Ce collectif Métissé emmené par Claude Soma Riba distille depuis déjà 7 ans une musique positive, entrainante et dansante. C’est au Festival Capt’ivales que CultureMag a rencontré le 10 juillet dernier Claude pour nous parler notamment de leur dernier album « destination été ».

 

Votre septième album «  Destination été  » est sorti le 17 juin dernier, parlez-nous en.

Pour commencer, c'est un album dans lequel il y a quinze titres, dont onze titres inédits et quatre reprises. Il s'agit d'un album festif, a tendance soleil, dont le but est de donner le sourire aux gens ainsi que de la bonne humeur. Nous voulons leur donner envie de bouger et oublier tous leurs soucis de la vie quotidienne.

 

La fête, les vacances, le soleil, c'est dans ces mots qui évoquent le farniente que vous trouvez votre inspiration. C'est une volonté d'aller à contre-courant des tracas et même des drames de la société ?

Oui, en effet, c'est vraiment voulu. Nous voulons que les gens noient leur problèmes dans des choses qui sont un peu plus gais, joyeuses, et on a envie qu'ils aient le sourire et comme dit précédemment, les divertir le temps d’une soirée afin qu'ils ne pensent pas à leurs problèmes tout le temps.

 

Dans l'album précédent, vous avez tenté de prendre un nouveau virage avec le titre «  la famille  », un titre plus doux qu'à l'accoutumée. Pourquoi ?

Tout simplement car nous sommes des gens concerné par la famille. En effet, nous avons tous des enfants. On s'est également aperçus que l'on avait un public de famille, donc on a voulu écrire une chanson qui touche à la fois tous ces gens, nos familles... On trouvait aussi que c'était un bon contre-pied. Nous avons tous beaucoup aimé faire ça et il nous tarde l'Olympia parce que cette chanson sera l'un des points culminants de notre concert.

 

Avez-vous continué dans cette direction avec votre nouvel opus ?

Non, du tout. On avait prévu d'écrire une chanson dans le même style, qui parle de choses qui touchent les gens et qui ne soit pas forcément rieuse. Par la suite, elle fut enregistrée, mais elle ne nous a pas satisfait, c’est pourquoi nous ne l'avons pas mis dans l'album. On la retravaillera sûrement pour l'album suivant ou celui d'après on ne sait pas encore mais dans tous les cas, on n’a pas mis l'idée de côté car on ne voulait pas mettre une chanson histoire de mettre une chanson.

 

Vous avez repris le titre «  Couleur Café  » de Gainsbourg, pourquoi ce choix ?

Pourquoi ce choix-là ? Pour plusieurs raisons : d'abord on aime beaucoup la chanson. Quand on fait une reprise en règle générale c'est tout simplement que l’on aime les chansons. Personne ne nous dis «  il faudrait que vous repreniez ça  ». De plus, c'était les 30 ans de la mort de  Gainsbourg donc on a trouvé que c'était un beau clin-d’œil de se faire plaisir et de rendre aussi un petit hommage à Gainsbourg.

 

Et du coup, de quelle manière avez-vous apporté votre patte à cette chanson ?

Cette reprise est une chanson multi-voix. Gainsbourg c'est Gainsbourg et là, c'est le Collectif Métissé. On n’a pas cherché à la dénaturer, on a vraiment cherché à rester très proche de l'original.

 

Sept albums en sept ans, plus les tournées, vous ne chaumez pas. Quelle est votre recette pour faire un album par an ?

Premièrement, on a envie de le faire, ça nous fait plaisir et on aime bien amener sans arrêt de nouvelles choses car on sait que les gens se lassent très vite, donc on a envie qu'il y ait sans arrêt des choses qui se passent. C'est pour cela que dès qu'un album se finit, on attaque l'enregistrement de l'autre, c'est ce qu'on a déjà commencé à faire, là on a déjà des titres qui sont en cours,  je pense qu'en fin d'année on aura pratiquement le nouvel album de terminé.

 

Comme son nom l'indique, le Collectif Métissé est un mélange d'influences. Comment ça fonctionne pendant la création? Chacun y va de son titre ?

Non pas du tout, la création commence par 3 personnes, c'est-à-dire 2 personnes sont tout le temps en studio, que l'on ne voit pas dans le groupe, et moi-même. Une fois que nous avons mis les chansons à l'eau et qu'on les a bâti, on revient en studio avec les autres, et la chacun amène sa touche.

 

Dans les projets à venir, vous parlez d'un dessin animé, d'une BD, d'un film, d'une série télévisée... Où ça en est ?

On attend des propositions mais on a déjà tourné dans «  Camping Paradis  ». Le réalisateur du téléfilm a dit qu'il avait peut-être des idées pour nous donc de ce côté-là, ça avance. Ensuite, par rapport à la BD, on avait trouvé un dessinateur mais ce qu'il fait ne nous convient pas du tout. On ne veut pas faire les choses histoire de faire les choses, il faut que ça corresponde à notre philosophie et pour le moment ce n'est pas le cas donc on se concentre à fond sur la musique car c'est quand même ce qui est le plus important. Ce sont des projets qu'on a dans la tête donc je ne vois pas pourquoi ça ne naîtrait pas.

 

Le collectif Métissé enflammera la scène de l’Arena du Vieux Port le 11 aout 2016 à Messanges.