Doriann Fargeas

MAI 2017

© Culture Mag Atlantique 
Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

« La guitare flamenca c’est vraiment l’instrument de famille, c’est lié à notre culture. »

 

Doriann Fargeas est un jeune chanteur, voyageur, aux origines catalanes. Après s'être fait remarqué par un producteur sur un célèbre site de vidéos en ligne, il entame depuis peu une carrière prometteuse et est actuellement en studio pour préparer son premier album; issu d'une collaboration avec un compositeur connu et reconnu, sociétaire de la Sacem; dont la sortie est prévue en septembre prochain.

 

Doriann, parlez-nous de vous, racontez-nous vos débuts dans la musique ?

J’aurais bientôt 18ans, je suis originaire de Coutras. J’ai commencé la musique tout petit avec mes amis et mes proches. C’est une sorte de tradition chez nous : tout le monde joue de la guitare flamenca, ce sont nos origines. Parfois en famille puis pour des événements festifs. J’ai commencé vers l’âge de 15ans à mettre des vidéos sur Youtube sur lesquelles je faisais des reprises de chanteurs populaires et de chanteurs qui me sont chers et c’est comme ça que tout a commencé.

 

Quelles sont vos références musicales ?

J’écoute  beaucoup de musiques et je joue énormément de guitare. J’écoute beaucoup JUL qui est « le son » du moment, mais j’écoute aussi beaucoup Ginette Reno et Sébastien El Chato qui m’inspirent pour mes musiques, tantôt pop et gypsy à la fois, avec une guitare classique très présente. Pour Ginette Reno, c’est mon père qui me l’a fait découvrir et ensuite j’ai écouté ses morceaux pour laquelle elle a collaboré avec les Gipsy Kings, j’aime beaucoup ses textes et ses mélodies.

 

On peut lire dans votre bio que vous êtes un grand voyageur. Comment ça vous est venu ? Puisez-vous votre inspiration dans ces voyages ?

Oui c’est ma vie et ma passion à la fois. Cette vie m’inspire car, quand nous partons voyager avec ma famille sur la route, nous sommes tous ensemble et nous découvrons presque chaque semaine un endroit différent. C’est ce côté épicurien qui ressort de moi, dans ma musique, cette joie de vivre que nous avons, la façon dont nous aimons la partager et la vivre chaque jour. Avec nos proches. C’est une sorte de communion. Même si tous ne sont pas chanteurs ou musiciens, la musique nous fait vivre et vibrer ensemble.

 

Votre musique, c’est jamais sans votre guitare ?

Ahhahhahh... (rires) ! C’est drôle je ne m‘étais jamais fait la remarque mais c’est vrai ! C’est un peu ma sœur jumelle. Elle me quitte rarement et me suis partout. La guitare flamenca c’est vraiment l’instrument de famille, c’est lié à notre culture. J’ai pour habitude, lorsque je travaille un morceau de le faire à la guitare en premier, je cherche les accords -- j’ai appris la guitare en autodidacte depuis mes 6 ans -- les sonorités et le reste viennent avec. Je ne me verrais pas faire ma musique sans ses sonorités de guitares flamenca.

 

Le 19 mai, vous présenterez  votre premier single, « Me recuerdo ». Parlez-nous de ce titre qui mélange musiques pop et gypsy ?

C’est le tout premier morceau qui a été composé pour moi. Grâce à Rémi, mon manager, j’ai rencontré un auteur et compositeur, sociétaire de la Sacem, qui est connu et reconnu dans la profession : Joechris. Rémi lui a présenté ma musique, mon univers et a défini avec moi la direction musicale. De là est né ce premier « tube de l’été » (rires). Je voulais absolument proposer un morceau qui sent bon le soleil, dans lequel ma guitare flamenca serait très présente. Nous avons longtemps cherché un « gimmick », une phrase qu’on puisse se souvenir facilement, qui reste en tête et qui parle de mes origines catalanes, c’est de là qu’est venu « Me Recuerdo » (« je me souviens » en français). La chanson est assez rythmée, on entend même les grattements de mes doigts sur les cordes et ce fameux rythme gypsy que tout le monde adore. C’était très important pour moi et pour nous, que cette première chanson me ressemble à 300 %. Elle parle d’un garçon et d’une jeune femme qui s'aperçoivent sur une plage un soir d’été, lui va tout faire pour la séduire…

 

Vous êtes actuellement en train de préparer d’autres titres qui sortiront cet été. Qu’est-ce que ça donnera dans les textes et les compositions ?

Pour l’ensemble des titres que je prépare, j’ai continué ma collaboration avec Joechris, car il me connaît vraiment et comme il a su transmettre mon univers dans « Me Recuerdo », je voulais avec son accord, continuer sur la lancée. Mes autres titres parleront de sujets qui me touchent, que je vis un peu depuis que j’ai officialisé ma carrière professionnelle comme : tenir à quelqu’un mais ne pas pouvoir le dire pour préserver son intimité, garder des choses secrètes ou encore ma vie de voyageur, mes origines, ma famille… Ma musique me ressemble vraiment et la guitare flamenca sera toujours présente. Nous sommes restés sur des morceaux pop-gypsy mais certains titres pourraient vous surprendre car j’ai aussi voulu mettre ma voix en valeur sur des morceaux plus posés en mode guitare et, ou piano voix sur des textes très touchants. Je suis un peu romantique dans l’âme! (rires) 

 

Vos débuts sont plutôt prometteurs avec des vidéos qui comptabilisent 44 000 vues. Comment le vivez-vous ? Est-ce rassurant ou angoissant ?

C’est flatteur et gratifiant, mais j’avoue que je ne m’attendais pas à autant de vues et je ne m’attendais pas à ce qu’un jour mon téléphone sonne pour me proposer un accompagnement artistique ! Tout a vraiment commencé lorsque j’ai fait une reprise de JUL « Mon bijoux » qui a fait exploser les compteurs sur mon compte Youtube ! Je suis bien entouré, je garde les pieds sur terre et je profite de chaque moment de partage, avec les personnes qui me suivent et me soutiennent. J’en suis presque gêné parfois, je crois que je ne réalise pas encore tout à fait. L’aventure qui a commencé depuis peu est belle mais la route est longue. Je voudrais simplement vivre de ma musique et continuer à surprendre les personnes qui me soutiennent pour vibrer avec eux en concert et voir des étoiles dans leurs yeux.  Sinon c’est rassurant ! (rires) 

 

Comment voyez-vous l’avenir ? Toujours sur les routes ?

Je ne changerais ma vie pour rien au monde ! C’est grâce à cette vie atypique que j’ai ces inspirations musicales. Disons qu’aujourd’hui la route, j’en fais même un peu plus qu’avant, quand je pars en concert avec mon manager, c’est un peu une seconde famille qui se créée. Mais oui, j’aimerais continuer à sillonner la France pour faire découvrir mon univers et ma musique.

 

Doriann Fargeas sera en show case au Cultura de Bègles le vendredi 19 mai 2017 et au Cultura de Mérignac le vendredi 23 juin 2017, dans le cadre du Cultura Music Festival.