40 Le Groupe

MAI 2016

© Culture Mag Atlantique 

Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

« On veut montrer qu’on sait faire de la musique sérieusement, mais sans jamais se prendre au sérieux. »

 

Il y a eu des départs, des retours, des arrivées, mais 40 le Groupe existe encore. Jérôme, Fabrice, Alain, Éric et Jo, des Landais de souche, imposent leur style musical, entre textes engagés et mélodies pop, rock, sur toutes les scènes d’Aquitaine. Aujourd’hui, après deux ans de travail, ils présentent leur premier album, « Identité ». Jérôme, le chanteur répond aux questions de CultureMag.

 

Comment le groupe s’est-il formé ?

Il y a 20 ans, alors que le groupe existait déjà, j’ai dû quitter la région pour des raisons professionnelles. De retour dans les Landes, j’ai décidé de reprendre contact avec Fabrice, le pianiste avec qui j’écrivais à l’époque, et de retrouver le groupe comme à nos débuts. Éric, le guitariste, c’est par le biais du travail que je l’ai rencontré. On a sympathisé et j’ai vu que chez lui, il avait des guitares, je lui ai donc demandé s’il voulait rejoindre le groupe. Alain, le batteur, ce sont des amis en commun qui nous ont présenté. Enfin Jo est arrivé il y a un an, après que nous ayons changé deux fois de bassiste.  

 

Pourquoi 40 ?

C’est d’abord par rapport à notre âge puisqu’on est tous des quadragénaires mais c’est aussi par rapport à la région des Landes dont nous sommes tous originaires. 

 

Quelles sont vos influences musicales ?

Nos influences sont assez éclectiques. Moi je suis très chansons françaises : Francis Cabrel, Daniel Balavoine, Calogero. Fabrice est plus dans le rock anglo-saxon : Police, Toto, Supertramp. Éric, lui, admire tous les « guitares héros » comme Santana par exemple. Alain est plus influencé par le rock pur et dur, quant à Joe, il est polyvalent, il aime un peu de tout, même dans la vie il n’est pas chiant ! (rires).

 

Au mois d’avril, vous avez sorti votre premier album intitulé « Identité », un projet qui aura nécessité deux ans de travail.

C’est vrai qu’on a passé beaucoup de temps à travailler sur cet album, de l’écriture à la finalité, il s’est écoulé deux ans. C’est très long, mais nous avons voulu un album qui reste dans l’esprit des gens. Si j’ai écrit les textes et les mélodies, je fais les deux en même temps ; Fabrice qui est aussi notre ingénieur du son, nous avons d’ailleurs pu enregistrer dans son studio ; a travaillé sur les arrangements. Mais tous les membres ont apporté leur pierre à l’édifice sur ce projet.

 

Quelle signification donnez-vous au titre « Identité » ?

« Identité » fait référence à ce qu’on peut vivre aujourd’hui dans notre société. La mondialisation galopante, et ça ne date pas de ce jour, fait qu’on a du mal à se retrouver, à savoir où on en est. On s’interroge sur notre place à chacun en tant qu’habitant de ce monde. Chaque morceau est la représentation d’une identité. Il y a ceux qui se regardent le nombril, sans se soucier de ce qu’il y a autour, comme au gouvernement par exemple. On parle aussi du cancer, c’est quelque chose qui m’a touché de près. En fait on aborde tous les maux du monde et on essaie de mettre des mots sur tout ce qui nous touche.

 

Où peut-on vous voir en concert et qu’est-ce que ça donne 40 le Groupe sur scène ?

On a des dates dans les Landes, à Parentis-en-Born, à Sanguinet, à Dax ou à Sore. Et pour savoir ce que ça donne sur scène, le mieux est encore de venir nous voir ! (rires). Plus sérieusement, j’ai un ami qui m’a dit que l’album ne reflétait pas l’énergie du concert. L'album a une coloration plus sérieuse plus grave. Sur scène, on bouge, on déconne, nous sommes en perpétuelle connexion avec le public. Pour nous, la musique, c’est un partage, nous sommes vraiment dans cette optique de partager notre musique avec le public et de les faire participer. 

 

Sur votre site internet, une rubrique s’intitule « déconnez ». Que peut-on y retrouver ?

Ce sont des vidéos où on peut nous voir jouer des morceaux, tout en déconnant. C’est une façon pour nous d’éviter de se prendre au sérieux. Ces vidéos que je prends avec mon iPad, je l’ai tout le temps sur moi, montrent l’ambiance qui règne dans le groupe. En fait, on veut montrer qu’on sait faire de la musique sérieusement, mais sans jamais se prendre au sérieux.

 

40 le Groupe jouera pour la Fête de la Musique le 18 juin à Moliets. Retrouvez les autres dates de concert sur leur site www.40legroupe.com.