Hélène Ségara

FEVRIER 2016

© Culture Mag Atlantique 

Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

Revenir à l’essentiel, renaître à la vie, c’est ce que nous propose Héléne Ségara au travers de son dernier opus lumineux et rempli d’ondes positives « tout commence aujourd’hui ». C’est sur la scène du théâtre du casino barrière qu’elle défendra ce spectacle qui se veut « thérapeutique » mais surtout énergique. Une nouvelle page s’écrit pour la douce Hélène, tournée vers l’amour, le partage et l’espoir.

 

« Tout commence aujourd’hui » c’est l’album de la renaissance ?

Oui c’est un peu ça.

 

Un album plus lumineux, c’est la réponse aux moments sombres que vous avez pu vivre dernièrement ?

En tout cas c’était ma réponse, ma façon d’accueillir les épreuves et de décider de les dépasser. C’est la preuve que derrière chaque combat se cache une victoire.

Une collaboration avec Jean-Jacques Golman avec ce titre « tout commence aujourd’hui ».

Cela fait des années que je le côtoie, notamment à travers « les enfoirés », je pensais que c’était le bon moment de faire appel à son talent compte tenu de ce que j’avais à exprimer. J’ai pris mon courage à deux mains, je lui ai envoyé la musique et on a échangé sur mon état d’esprit et il m’a renvoyé ce texte « tout commence aujourd’hui » qui était vraiment du cousu main. Il a su parfaitement mettre des mots sur mes maux.

 

Beaucoup d’autres collaboration prestigieuse sur cette album aussi, parlez-nous en ?

Pour Zazie, ça a été la même chose, je lui ai fait écouter plusieurs chansons et elle a choisie de mettre des mots sur « genre humain » et « je te pardonne ». Ca a été une vrai rencontre humaine. Luc Plamandon également, on lui a envoyé la musique de « suivre mon étoile » sans aucune indication par contre, autant avec Zazie on a travaillé à quatre mains en se voyant chez elle, autant là, comme Luc était au canada, on a juste envoyé la musique et il a mis dans le mille aussi.

 

Une chanson « genre humain » où votre fille Maya pose sa voix, comment s’est arrivé ?

C’est une chanson qu’elle avait dans la tête en permanence, qu’elle chantait même,  avec un micro. Et quand je suis rentrée de chez zazie et que le texte était terminé, quand j’ai commencé à enregistrer, j’ai vu la petite bouille de ma fille très déçue de ne plus chanter dessus. Quand Zazie à composer le texte, elle pensait qu’il y aurait des enfants dessus et donc entre autres enfants il y a effectivement ma fille.

 

Est-ce que raf partagera un jour également un titre avec sa maman ?

Non pas du tout, pas pour l’instant. Pour le moment je suis sur scène avec un spectacle et il n’y a rien de tout ça.

 

Pour votre retour sur scène a quoi doit-on s’attendre ?

C’est un spectacle que j’ai appelé « spectacle thérapie ». Les gens viennent pour y prendre de bonnes énergies. C’est comme cela que j’ai tissé ce spectacle. De l’énergie positive, parce que tout le monde en a bien besoin en ce moment. Le but est d’entendre toutes les chansons que les gens aiment de façon tout à fait réorchestrées et revisitées avec le temps. Après 20 ans de carrière c’est vrai qu’il faut surprendre un peu par des orchestrations plus énergiques notamment etc… C’est un spectacle rempli de pep’s et d’énergie. Je l’ai voulu « thérapeutique » car pendant 1h30 je souhaite que les gens oublient leurs soucis, qu’ils se sentent comme dans un cocon et qu’ils ressortent de ce spectacle reboostés.

 

Pour vous aussi cette tournée est un peu thérapeutique ?

Bien sûr. C’est un peu « une mission » aussi pour moi. On a plusieurs manière de faire ce métier, en se regardant le nombril, en mettant des paillettes, et en se disant que l’on est formidable ou bien on peut se dire que l’on est utile aux autres.

 

Déjà 20 ans, que voyez-vous quand vous regardez en arrière ?

Plutôt du beau. Mine de rien les années sont passées très vite et j’ai beaucoup été gâtée. Je vois surtout une relation avec le public qui est fidèle et tendre et qui me plait beaucoup.

Vos fans sont très présents et vous soutiennent notamment à travers les pages fans facebook.

Je suis personnellement derrière la page facebook car j’ai une volonté d’une part de contrôler les informations qui circulent  à mon sujet afin d’éviter toutes les fausses informations et d’autre part c’est surtout un moyen de garder le contact avec mes fidèles. C’est vrai qu’ils sont très chouettes.

 

On a entendu dire qu’il serait prévu de relancer le spectacle Notre Dame de Paris, ça vous  inspire quoi ?

C’est la vie. Les gens sont parfois très attachés au casting du début, comme ce fut le cas aussi pour « starmania » avec Daniel Balavoine. Là c’est un tout nouveau casting, je crois qu’ils avaient envie de le rajeunir un peu. Cependant, quand on l’a jouée il y a encore 3 ans à Bercy, ce qui m’a fait très plaisir c’est de constater que même si on avait pris quelques années les gens ont beaucoup aimé. Il faut arrêter ce jeunisme, on est dans une société où les gens vivent de plus en plus âgés et je crois qu’il y a de belles années à vivre même quand on prend de l’âge. Je trouve ça formidable la jeunesse mais elle n’est pas éternelle et on est tous à la même enseigne. Moi je garde le meilleur des souvenirs de cette expérience « notre dame de paris » et je continuerais d’interpréter ces chansons à ma manière. J’espère qu’ils trouveront des interprètes qui se réapproprierons les rôles et qu’ils ne feront pas comme nous.

 

Vous avez peur de vieillir ?

Non, je pense que ce qui peut être stressant dans le fait de vieillir est de vieillir seule je pense. Le vieillissement est un processus normal. Ce sera mon anniversaire dans très peu de jour (le 26 février ndlr) et lorsque je souhaite un anniversaire à quelqu’un je lui dis : « ne regrettez pas de prendre des années, ne regrettez pas de vieillir c’est un privilège qui n’est pas accordé à tout le monde ». Certaine personne aimeraient bien avoir la chance de vieillir. Il faut accepter le temps qui passe et puis surtout on y gagne en maturité, en expérience, il y a pleins d’avantages. Après c’est vrai, les rides dans notre société on n’aime pas trop ça mais on va faire avec, on va survivre, il y a des choses plus graves.

 

La France a un incroyable talent, pourquoi avoir accepté d’en être jury ?

C’est une belle expérience humaine d’abord, je m’entends très bien avec mes co-jurés et puis se mettre une fois dans sa vie dans la peau d’un jury qui a une baguette magique et qui va faire réaliser le rêve de quelqu’un c’est formidable. C’est difficile aussi, c’est vrai. J’ai eu un gros coup de blues le soir de la finale car il y avait des candidats que je ne voulais pas départager. En même temps ce sont de belles rencontres humaines, des bons moments. Je suis une petite fille, j’aime bien avoir les yeux qui pétillent, que l’on me surprenne, que l’on m’éblouisse.

 

Héléne Ségara vous donne rendez-vous le 02 avril 2016 au Théâtre du Casino Barrière de Bordeaux.