Michèle Laroque (ils s'aiment depuis 20 ans)

AOUT 2016

© Culture Mag Atlantique 

Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

« Avec Muriel, ça part dans des délires et c’est cela qui provoque beaucoup les fous-rires. »

 

« Ils s’aiment », « Ils se sont aimés », « Ils se re-aiment »… Cette trilogie signée Muriel Robin, Michèle Laroque et Pierre Palmade a connu un véritable triomphe. 20 ans après, les trois comédiens font un cadeau exceptionnel à leur public avec cette nouvelle création : « Ils s’aiment depuis 20 ans ». Les mauvaises langues s’offusqueront d’un manque d’imagination. Mais il n’en n’est rien, Michèle Laroque nous explique pourquoi.

 

Ça y est, ça se rapproche, la tournée de « Ils s’aiment depuis 20 ans » va bientôt démarrer. Comment vous sentez-vous ?

C’est un peu stressant parce qu’il y a toujours des petits trucs à mettre en place. Je crois que la veille du lancement d’un spectacle ce n’est pas le jour où je suis la plus heureuse. Je n’ai qu’une envie, c’est d’être avec le public pour en profiter. Nous sommes en répétitions depuis le début du mois d’août. Mais là, on sent qu’il faut qu’on partage avec le public.

 

Qui a eu l’idée de faire ce nouveau spectacle, suite exceptionnelle de la trilogie « Ils s’aiment » ?

C’est moi. J’ai toujours été stupéfaite du public qu’on a eu pendant 20 ans, qui a vraiment été là, et même plus que là d’ailleurs. Ça n’existe pas trois spectacles comme cela avec une suite, chacun ayant remporté un triomphe. Alors j’ai eu envie de fêter ces 20 ans avec ce public qui fait vraiment partie de cette aventure et avec des plus jeunes qui ne nous ont pas vu sur scène, mais peut-être seulement à la télévision. Comme on a la chance d’être très en forme, d’avoir la même énergie et de pouvoir le jouer avec la même force et le même humour, j’avais vraiment envie qu’on le fasse. Pierre, lui, se posait des questions. Et puis, j’ai pensé à Muriel, pour en faire le cadeau des 20 ans. Muriel a toujours participé à l’écriture et à la mise en scène des spectacles. Je l’ai appelé pour lui proposer l’idée de jouer avec nous sur scène, elle a éclaté de rire et elle a accepté. 

 

Extraordinaire sur la forme, puisqu’effectivement Muriel Robin vous rejoint sur scène, ce sont en fait des duos que vous formez, à tour de rôle, selon les villes. Le texte est le même…

Le texte reste pratiquement le même. Il y a juste peut-être un mot qui change parce qu’avec Muriel, nous formons un couple de filles donc c’est « ma » au lieu de « mon ». Mais sinon le texte est le même et puis surtout c’est du bonheur. Notre principale difficulté c’est de ne pas avoir de fou-rire tout le temps. L’arrivée de Muriel nous fait redécouvrir certains moments, nous ne sommes plus dans les marques. Muriel a sa force comique évidemment exceptionnelle. Du coup, on s’adapte aussi à cela et vraiment ça devient quelque chose d’assez extraordinaire. Je suis contente parce que ça valait le coup de fêter ces 20 ans comme ça.

 

… Mais peut-être que votre façon d’aborder ces deux duos avec Muriel Robin et Pierre Palmade n’est pas la même ?

Effectivement, c’est très différent. En tant qu’acteur, Pierre est très différent de Muriel dans le sens où il aime quand c’est extrêmement précis. Muriel, elle, s’en fout ! Elle s’adaptera toujours. Donc avec Pierre je suis extrêmement précise, je suis dans des marques, à l’intérieur desquelles je réinvente évidemment, mais je reste précise toute de même. Avec Muriel, ça part dans des délires et c’est cela qui provoque beaucoup les fous-rires. Mais ce qu’il y a de sûr et c’est extraordinaire, c’est que le couple de filles, on l’oublie tout à fait. Ça devient tout de suite et surtout une comédie à mourir de rire, on oublie qu’il s’agit de deux filles… C’est très impressionnant de voir ça, c’est l’humour qui l’emporte sur tout, c’est un couple comme un autre. Et ce qu’il y a de formidable aussi et cela je m’en rends compte, c’est qu’on ne s’adresse pas de la même façon à un homme et à une femme. Avec  un homme, on peut être un peu plus frontal parce qu’il est parfois borné mais avec une femme on va mettre, pas plus de formes, mais plus d’intelligence dans la façon de faire parce que sinon ça ne marche pas. Sauf à un moment donné où il y a la grosse colère qui arrive, là il n’y a plus d’homme, ni de femme, c’est pour tout le monde pareil ! (rires)

 

Je parlais des textes, ce sont en fait des sketches piochés dans les trois précédents spectacles. Comment ont-ils été choisis, qu’avez-vous voulu montrer de ces trois couples ?

On a pris les meilleurs sketches, en fait. C’est un best-of avec tous les tubes, comme « Le permis de conduire », « Gérard et Toinette », « Les parents ». Ce sont ceux que les gens connaissent par cœur. D’ailleurs ça va être très drôle de les jouer en même temps qu’eux.

 

Vous taquinez-vous sur la préférence que pourrait avoir le public sur l’un de ces couples ?

Non, là on est un peu dans notre stress de première et du coup on ne se taquine pas tellement. (rires) Mais de toute façon, il y en a pour tous les publics et c’est cela qui est génial. C’est-à-dire qu’il y a ceux qui veulent voir Pierre et Muriel ensemble, il y a ceux qui veulent revoir Pierre et moi ensemble, il y a ceux qui veulent voir Muriel et moi. Il n’y a pas de préférence parce que ce n’est pas le même public. Je sais qu’il y en a qui ont acheté les places pour voir les trois duos.

 

Et les trois couples sur une seule et même scène, ça n’existera jamais ?

C’est peut-être possible, je ne sais pas encore. Pour l’instant, nous n’en sommes pas là, nous vivons au jour le jour. Mais pourquoi pas un jour, organiser quelque chose avec nous trois mais ça, ça n’est pas encore prévu.

 

20 ans d’amitié et d’amour, c’est un véritable couple à trois que vous formez avec Pierre Palmade et Muriel Robin. Rien n’a changé depuis votre première rencontre ?

En fait, tout a changé. On a tous mûri, on a traversé la vie etc. Pendant ces 20 ans, il y a eu de longues périodes où on ne s’est pas vu. On n’est pas tous les jours ensemble. Mais il y a une chose qui n’a pas changé, c’est l’humour et l’envie de rire. Ça c’est incroyable, cette envie est aussi forte qu’avant, si ce n’est plus.

 

On imagine volontiers cette saga portait au cinéma. Ça vous tenterait ?

Eh ben, on se pose la question avec cette nouvelle histoire qui se raconte. On peut peut-être essayer d’en faire un film. On en parle, on verra, ça fait très longtemps qu’on nous le propose, on n’a jamais trouvé l’angle. Peut-être que là, on tient quelque chose !

 

En 2013, vous lanciez l’idée d’un film exclusivement financé par des anonymes via un site de crowdfunding. Où en êtes-vous ?

Mon idée c’était surtout d’amener les gens sur la planète « Cinéma ». Donc on a organisé des tas de choses pour les co-producteurs (plus de 3 000 anonymes, Ndlr). Maintenant, sur le plan du film, on a écrit un scénario avec l’idée que j’avais lorsque j’ai décidé de me lancer dans cette aventure. Malheureusement, cette idée était axée sur le terrorisme. Mais évidemment, en ce moment, les distributeurs sont très frileux par rapport à ce sujet-là. Donc, moi je ne le lâche pas ce scénario qu’on a écrit, dont on a même fait une lecture dans un théâtre à Paris avec des co-producteurs ; je me dis qu’on essaiera de le faire différemment plus tard.   Mais maintenant, puisqu’il s’agit de faire un film quand même avec les co-producteurs, de les faire venir sur le tournage etc, on a décidé que ce serait une comédie. Et pour que ça soit un peu exceptionnel, ce sera mon premier film, que je vais réaliser, d’après un spectacle que j’avais fait qui s’appelait « Mon brillantissime divorce ». On va le tourner début 2017 à Nice. Tout se met en place, ça a été long à cause malheureusement de ces événements tellement terribles, Charlie, le Bataclan, le 14 juillet. Chaque fois il a fallu écrire, réécrire le scénario pour essayer de le faire. Mais c’est ça le Cinéma, je les ai vraiment emmené sur cette planète dès le départ. Ils auront participé à tout, à la création avec l’écriture du scénario, et puis après les complications avec les événements et ensuite avec le fait que finalement celui-là ne peut pas se faire, mais on en fait un autre… C’est ça le Cinéma, c’est ça être producteur. Mais ils sont supers, ils sont tout le temps derrière le projet. 

 

« Ils s’aiment depuis 20 ans », le jeudi 20 octobre 2016 au Zenith de Pau et le samedi 22 octobre 2016 au Patio à Boulazac.